Le tourisme de masse

Tourisme de masse
Tourisme de masse

Le tourisme est apparu au XVIIIe siècle : il s’agissait alors généralement d’aristocrates confrontés à des mondes où les valeurs ne sont pas les mêmes que les leurs, où le danger est prégnant et où un sens « initiatique » existe. Au XIXe siècle, les bourgeois imitent les voyageurs du siècle précédent, afin d’acquérir, par mimétisme, leur statut social, mais en abandonnant le fond même de l’idée de voyage.
Dans le siècle suivant, le tourisme poursuit cette entreprise qui déconnecte le « voyage » de son objectif intellectuel initial, notamment par le tourisme de masse, mais aussi par ceux qui le rejettent : en effet, les destinations sont généralement connues d’avance et le tourisme n’a plus un but de perfectionnement humain. L’objectif principal est désormais de s’amuser et de se détendre, dans des atmosphères qui tendent à s’uniformiser, voire s’aseptiser, avec une importance forte du marketing.
Le tourisme de masse s’oppose aux formes classiques de tourisme, qui visent la pratique d’une activité (tourisme religieux, œnotourisme, etc.) ou la découverte d’un type de site, de paysage ou de culture (tourisme de mémoire, tourisme vert, tourisme fluvial, etc.)
Dans le Manuel de l’Antitourisme, Rodolphe Christin observe que « [l]’un des paradoxes du tourisme d’aujourd’hui est de tuer ce dont il vit, en véritable parasite mondophage. Celui-ci préfère le divertissement à la diversité ; le premier est en effet plus confortable car il ne remet rien en cause. Ainsi le touriste déclare son amour à cette planète dans ses moindres recoins, et, ce faisant, il contribue à l’épuiser impitoyablement »
Le tourisme de masse a souvent des répercussions négatives sur la population et l’environnement. Des déchets sont produits en masse, beaucoup d’énergie et d’eau sont nécessaires.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tourisme de masse de Wikipédia en français (auteurs)

Voulons-nous du tourisme de masse sur le Haut-Folin ou des projets de développement touristiques raisonnés et raisonnables permettant d’attirer les vrais amoureux de nature et de tourisme vert, permettant aux commerces, restaurants et hébergements locaux de se développer ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s