VRAI OU FAUX LE HAUT-FOLIN ?

Mystérieux Haut-Folin sous la neige.
Mystérieux Haut-Folin sous la neige.

Merci à Olivier Thiebaut (Chargé de mission paysage et urbanisme du Parc naturel régional du Morvan et porteur du projet) d’avoir publié sur le Facebook et le site du Parc Naturel Régional du Morvan toute une série de documents de travail relatifs à ce projet.

Voici son premier texte et nos commentaires (en gras) sur le document intitulé : « VRAI OU FAUX LE HAUT-FOLIN ? »

1 – UN PARCOURS AU SOMMET DES ARBRES EST À L’ÉTUDE ?
VRAI, c’est à ce stade une idée suite à la rencontre à deux reprises en 2015 avec une entreprise spécialisée dans la conception et la gestion de sentier des cimes intégralement accessible jusqu’au sommet pour les personnes à mobilité réduite : Erlebnis Akademie AG (EAK). Reste à vérifier si l’idée pourrait devenir un projet en restant un élément de développement territorial et économique du Morvan des Sommets.

Pourquoi le projet allemand à 6 millions d’euros (apportés par EAK ? ou plutôt empruntés et garantis par nous ????) et 1 million d’investissements publics est-il réalisable aujourd’hui alors que les tours d’observations à 640.000€ étudiées par des architectes français étaient trop chères ?

2 – IL N’Y A JAMAIS EU DE RESTAURANT
FAUX : un chalet skieur CAF a existé de 1953 à 2000, où nombre de morvandiaux appréciaient de s’y rendre et déguster une crêpe. Un nouveau « chalet » pourrait être installé au sommet dans le cadre d’un projet
d’aménagement, en coordination avec l’offre de restauration déjà existante. EAK n’a pas vocation à assurer l’offre de restauration et privilégie l’initiative locale.

Pourquoi y installer un restaurant alors que l’idée est de conforter et développer l’offre locale ?

3 – LE PROJET CONSISTERAIT BOIS LOCAL.
VRAI, la structure des parcours existants est intégralement en bois (douglas lamellé-collé). Les éléments métalliques sont exclusivement limités aux ferrures d’assemblage, de contreventement, et de support des passages en déport, et les éléments de zinguerie protègent les faces exposées à la pluie. Le challenge d’une construction en bois local est, pour un territoire forestier comme le Morvan, une exigence.

Ne pas confondre une structure bois et un habillage en bois. Il y a beaucoup de métal dans les tours d’EAK, sans compter le toboggan…

4 – LE SITE DU HAUT-FOLIN EST AU COEUR DE SITES NATURELS PROTÉGÉS.
FAUX, aucun site naturel protégé n’est présent au sommet. Seule hormis une zone naturelle d’intérêt floristique et faunistique (de niveau secondaire) concerne le massif, comme les 3/4 du Morvan. Les sites Natura 2000 existants sont situés en contrebas du massif.

Qu’entendez-vous par « de niveau secondaire ? Une ZNIEFF (zone naturelle d’intérêt floristique et faunistique est une ZNIEFF), et y faire transiter 250.000 visiteurs annuellement, avec le bruit, les circulations, les papiers gras qui vont avec ne nous semble pas en adéquation avec ce genre d’endroit (magnifique au demeurant, avec des ruisseaux, ses bois, ses sentiers et la flore et la faune qui vont avec, et qui aura tôt fait de déserter les lieux sous la pression touristique).

5 – LA FORÊT POURRAIT ÊTRE DÉTRUITE
FAUX, possiblement implanté au sein de la forêt domaniale de St-Prix, les parcours développés cherchent à s’insérer au plus près des arbres et à être totalement invisibles. Le nombre d’arbres coupés serait réduit au minimum (17 arbres coupés lors de la dernière création en Forêt Noire). Les stationnements nécessiteraient une réflexion paysagère poussée pour respecter l’ambiance du site.

Nous sommes d’accord avec le fait que l’intégration paysagère est réussie, ce n’est pas pour nous le noeud du problème.

6 – EAK EST UNE ENTREPRISE COTÉE EN BOURSE
VRAI, l’actionnariat d’EAK s’est développé autour d’un ancrage territorial local et reste détenu en majorité par les 3 actionnaires fondateurs. La mise sur le marché de Munich en décembre 2015 vise un marché de niche : entreprises innovantes, performance environnementale.

Nous attendons des éléments précis du montage financier afin de s’assurer de qui prend réellement le risque (EAK ou la collectivité ?).

7 – LA FRÉQUENTATION DU PARCOURS VISERAIT 250 000 VISITEURS ANNUELS
VRAI, cette estimation correspond au mode de fonctionnement des 4 parcours en fonctionnement en Europe, permettant de couvrir le retour sur investissement et l’entretien du site.

C’est le plus gros problème de ce projet ! Le bassin de population et les distances ne sont absolument pas les mêmes qu’autour de la tour de Forêt Noire.
1 million d’habitants à 1/2 heure à la ronde contre moins de 100.000 à 1h pour le Haut-Folin
De plus, la tour allemande possède un accès par funiculaire qui réduit considérablement les nuisances de circulation.
Pour le Haut-Folin, le paisible village de Glux-en-Glenne par exemple deviendrait un lieu de transit de bus !
Il faudrait absolument trouver des solutions pour éviter de transiter par les centre-village.

8 – CE SERAIT UN PROJET DE PARC
D’ATTRACTION
FAUX : pas de bateau pirate ni de train fantôme, mais simplement un parcours éducatif sur l’environnement, les milieux naturels, les paysages, les patrimoines culturels et humains. L’éducation à l’environnement utiliserait des supports ludiques pour captiver le public familial. La participation du Parc naturel régional et des associations locales compétentes sera recherchée.

Certes ce n’est pas un parc d’attraction, mais le parcours ludo-éducatif (déambulation entre des cordes, etc.) et le toboggan du Giga-Belvédère de Forêt Noire nous parait un peu éloigné des préoccupations éducatives et de ce que viennent rechercher actuellement les utilisateurs du Haut-Folin (Cyclistes, randonneurs, naturalistes). Pourquoi niveler par le bas et vouloir à tout prix importer des « guignoleries » pour « capter le public familial ?

9 – L’INVESTISSEMENT SERAIT PUBLIC
FAUX : le sentier des cimes serait un investissement entièrement privé, EAK ayant à sa charge la conception, la fabrication, l’exploitation et l’entretien. VRAI : Les collectivités devraient préparer
le site pour recevoir un tel équipement et prendre en charge les aménagements, qui bénéficieront au Morvan des Sommets et non au seul site du Haut-Folin.

Ça reste encore à prouver. Nous attendons avec impatience les éléments du montage financier.
Qu’entendez-vous précisément par les aménagements qui bénéficieront au Morvan des Sommets et non au seul site du Haut-Folin ?

10 – LE SITE SERAIT PRIVATISÉ
FAUX : seul le sentier des cimes serait en accès payant à son entrée, soumis à des horaires d’ouverture. Tout le site du Haut-Folin resterait en accès libre et gratuit.

Encore heureux…

11 – LA CIRCULATION ROUTIÈRE AUGMENTERAIT
VRAI, ce sera une question majeure qui pourrait trouver des réponses au-delà du seul site du Haut-Folin (navettes,signalisation et jalonnement, séjours à la journée / week-end / semaine, …).

Comme vous dites! C’est une question majeure. Passer de 10 voitures par jour à 250.000 visiteurs par an (aller et retour!) n’est pas une mince affaire pour les villages paisibles autour du Haut-Folin. Il faudrait absolument trouver des solutions pour éviter de transiter par les centre-village, où l’impact bruit/pollution serait intolérable pour les habitants, qui sont prêts à manifester pour repousser le tourisme de masse et préserver leur tranquillité.

12 – LES COMMERCES LOCAUX SERAIENT MIS EN PÉRIL
FAUX, les parcours existants sont générateurs d’économie locale (restauration, hébergement, activités, …) qui bénéficient directement des séjours des visiteurs. L’offre de séjour resterait à conforter pour que le flux de visiteurs irrigue largement le territoire. Un projet de développement touristique de la destination Morvan des Sommets est à construire, avec les acteurs publics et privés de ce territoire.

En Forêt-Noire, la ville thermale de Bad Wildbad a évidemment vu le nombre de commerces et de restaurants augmenter, car les touristes viennent pour les thermes, prennent le funiculaire, vont visiter le chemin des cimes. Il y a une véritable synergie.
Au Haut-Folin, la situation n’est absolument pas comparable !
Les « clients » iront batifoler sur le parcours, mangeront au restaurant de la tour, au mieux visiteront le musée (bien que ce ne soit pas le même public) et rentreront chez eux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s