HAUT-FOLIN : l’étude dont le parc et les élus ne veulent pas entendre parler !

atout-france

HAUT-FOLIN (SAINT-PRIX)
Projet de tour d’observation
Note de cadrage
6 janvier 2016
Agathe BEURDELEY

Construite à Saint-Prix, sur le site du Haut-Folin (Morvan, Bourgogne), une tour de 40 à 45 mètres de hauteur, toute en bois, avec découverte du milieu naturel.
Depuis 2009, l’entreprise porteuse du projet, Erlebnis Akademie AG, a déjà construit 4 tours similaires, à Neuschönau en Bavière, à Lipno en République tchèque, à Rügen et à Schwarzwald en Allemagne, et en a 3 autres en projet, en République tchèque, aux Pays-Bas et en Allemagne.
Prévu sur le mont culminant du Morvan, à 40 minutes d’Autun et relativement à l’écart des accès autoroutiers et ferroviaires, en milieu naturel préservé, le projet prévoit d’offrir un contact direct avec la nature et de développer un tourisme durable, dans un objectif de partage des intérêts écologiques des espaces naturels : conception d’une infrastructure touristique pleinement intégrée dans le milieu naturel (chantier de construction aux impacts minimisés – peu de coupe d’arbres,
protection efficace du sol), parcours ponctué de nombreux éléments pédagogiques interactifs et de jeux pour découvrir et comprendre le milieu naturel, et accessibilité intégrale aux personnes à mobilité réduite. Chaque tour est différente en termes d’aspects et d’architecture, pour être au plus près des typicités de chaque région.
L’entreprise Erlebnis Akademie AG, dirigée par Bernd Bayerköhler, porte le projet au budget d’environ 5,5 M€ pour la tour d’observation et son chemin d’accès (investissement privé), sans compter les investissements d’infrastructures annexes (routes, réseaux, parking, restauration), à prendre en charge par les collectivités. La fréquentation prévisionnelle s’élève entre 180 000 et 250 000 visiteurs.

Atout France a produit la présente note méthodologique nécessaire au cadrage du projet au regard des fondamentaux à respecter et des points de vigilance à prendre en compte pour la réussite d’un tel projet : 

1. Une thématique, naturellement attractive, mais dont la mise en tourisme s’avère difficile

Le projet fait écho aux sensibilités en émergence (nature, biodiversité, écosystème, développement durable et raisonné, une planète à préserver pour les générations futures, reconsidérer l’exploitation des ressources, limiter et mieux gérer les déchets, les dérèglements liés au climat…) mais de nombreux équipements de loisirs ont vu le jour depuis 5 ans pour valoriser cette thématique, sans parvenir, dans la durée, à trouver leur marché.

Eana, le parc de l’abbaye de Valasse, situé en Normandie, a ouvert en juillet 2008 et a fermé en novembre 2012. C’était un parc de découverte avec animations ludiques, sportives et culturelles avec une thématique forte de développement durable, qui s’illustrait notamment dans un restaurant slow food, des ateliers pédagogiques en plein air et l’organisation des « trophées du développement
durable ». Les 110 000 visiteurs attendus, principalement des scolaires, familles et touristes d’affaires n’ont pas été au rendez-vous puisque le lieu a fermé après 4 saisons touristiques, faute de rentabilité.

Le Bioscope, situé en Alsace près de Mulhouse a ouvert en juin 2006 et fermé en septembre 2012.
Ce parc de loisirs consacré à l’environnement proposait une offre mixte entre spectacles, animations interactives, aires de jeux, labyrinthe, cinéma et un espace évènementiel (spectacle et restauration) autour de trois grands thèmes : « limiter les changements climatiques », « préserver les milieux naturels » et « consommer de manière responsable ». Les quelque 80 000 visiteurs annuels, en majorité des familles et groupes scolaires, n’ont pas suffi à faire vivre le lieu. A noter que l’écomusée
d’Alsace situé à proximité poursuit, lui, ses activités.

La Biosphère, située à Montréal au Canada a été successivement un musée de l’eau de 1995 à 2006
puis un musée de l’environnement depuis 2007. Sa reconversion en un bâtiment administratif semble programmée avec la fermeture de ses activités muséales en décembre 2013. Réhabilitée après un incendie, en musée de l’environnement avec fonction de vigie scientifique, la Biosphère est dédiée à l’écosystème Grands lacs – Saint Laurent. Elle propose expositions et activités autour des enjeux environnementaux liés à l’eau, l’air, les changements climatiques, au développement durable et à la consommation responsable. Sa clientèle est majoritairement scolaire et familiale avec des gratuités pour les enfants. Sa fréquentation n’est pas suffisante pour maintenir le site ouvert.

A noter que ces trois sites ont fermé malgré une bonne accessibilité (entre Rouen et le Havre à 1h45 de voiture de Paris pour EANA, proche de Mulhouse et de la frontière allemande pour le Bioscope et en plein centre-ville de Montréal pour la Biosphère.)

A suivre…

Publicités

2 réflexions sur “HAUT-FOLIN : l’étude dont le parc et les élus ne veulent pas entendre parler !

  1. CZAPEK

    Réponse à Berthier…ce site du Haut Folin n’a aucun sens c’est un pur délire mégalomaniaque d’ignorants à tous les étages sur le fond et la forme, un pur « objet » de lobbying et de profit qui in fine sera à la charge pour les nuisances et les contribuables si il voit le jour…Valoriser des sites existants est un autre débat.seul le marketing de boites de com peuvent penser que X est transposable à Y sans autres études de terrain…l’aménagement du territoire demande des compétences pluridisciplinaires en osmose et adéquation avec un tissu sociologique et économique ….éviter l’implantation de sites totalement hors sol le sujet.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s