Quelques éléments constructifs avant la réunion publique !

La hêtraie naturelle, trésor du Haut et bas Folin

Avant de transformer le sommet de la Bourgogne en parc d’attraction, COMMUNIQUONS et INVESTISSONS sur les atouts de la région, pour le bénéfice de tous et non d’un seul.
Mettons en valeur tous les atouts du Haut Morvan, valorisons notre territoire, communiquons, orientons
et dopons notre fréquentation touristique grâce à nos richesses.

Quelques pistes de réflexion : 

• MIEUX VALORISER NOTRE TERRITOIRE ET DONNER ENVIE
Il faut donner l’ENVIE aux touristes déjà présents sur le territoire de venir jusqu’à nous. Un guide recensant toutes les activités est indispensable, et nous l’avons avec le guide du Morvan des Sommets, mais pour une personne ne connaissant ni le territoire, ni les temps de trajets, difficile d’organiser sa journée, ses vacances, de combiner les intérêts de toute la famille, …
Repensons notre communication et facilitons leur la tâche en créant des « Programmes Type » à la journée, sur 2 jours, sur une semaine en combinant des visites culturelles, ludiques, sportives, des dégustations de produits du terroir, visites à la ferme pour donner envie aux touristes de découvrir le Haut Morvan.

• CONVAINCRE
Il faut non seulement convaincre la clientèle déjà sur place que le Morvan des Sommets est incontournable mais également en amont essayer de capter l’intérêt de la clientèle quand elle prépare ses vacances pour qu’elle réserve un hébergement dans le Haut Morvan en lui vantant tout ce qu’on peut y faire, en lui proposant des balades, des visites, des programmes, des hébergements…

• ORIENTER
La signalétique sur nos routes est elle suffisamment efficace ? En accord bien évidemment avec les acteurs concernés, ne pourrions nous pas la compléter par une signalétique plus explicite ? Ex : le Mont Beuvray Point de Vue / Bibracte « Ville Gauloise, Musée et fouilles archéologiques », Saint Honoré Les Bains / Station thermale, Poil / vente à la ferme, Millay / Cave cidricole …il faut orienter les touristes et les amener dans nos villages et chez nos commerçants.
Certes un investissement financier mais dont les retombées iront directement dans notre économie locale

• FORMER
La formation et l’information des acteurs du tourisme aussi bien institutionnels (tels les offices du tourisme), que privés (hébergeurs, restaurateurs, ..) est elle suffisante ?
• Ils sont la vitrine de notre Morvan, faisons leur découvrir nos producteurs, nos forêts, nos restaurants, …pour promouvoir quelque chose, rien de tel que de l’avoir testé soi-même.
S’ils sont convaincus, ils convaincront d’autant plus facilement.

• DEVELOPPER
Les objectifs :
• Privilégier des projets qui fassent séjourner les touristes dans le Haut Morvan et non juste le traverser pour aller faire une attraction dans les bois et repartir dans la foulée sans avoir dormi, mangé et acheté « local ».
• Accueillir et accompagner des porteurs de projets « innovants » soucieux de contribuer au développement de l’économie locale et au maintien des commerces, des producteurs locaux et des habitants dans nos villages tout en préservant ce qui caractérise notre territoire « sa nature sauvage et préservée, sa quiétude, la beauté de ses paysages ».
• Associer les acteurs touristiques locaux qui côtoient la clientèle touristique et connaissent ses besoins et ses attentes.
•Les moyens : Le PNR du Morvan pourrait lancer un appel à projet au niveau national pour développer le Morvan des Sommets avec un cahier des charges précis et des critères de sélection reposant sur l’intégration dans l’environnement, les retombées directes et indirectes sur l’économie locale et l’emploi, l’accessibilité à tous, la prise en compte de la thématique « éducation à l’environnement » ET le respect des conclusions de l’analyse SWOT commandée par le PNR du Morvan à savoir :
· L’offre naturelle du Parc naturel régional du Morvan est riche et variée
· Il faut bien remarquer que le territoire n’est pas doté d’un climat favorable ou avec une attractivité qu’on ne trouve pas ailleurs (surtout en comparaison avec des destinations moins chères dans l’est).
· Pour le tourisme, il faut jouer la carte d’un ‘coin perdu’ où on trouve encore la paix (particulièrement pour les citoyens [Franciliens]) avec une haute qualité et un tourisme spécialisé pour certaines clientèles (50+ ; familles ; pêcheurs ; naturalistes…).
Avec un dépôt des candidatures à l’automne 2016 – le Morvan des Sommets pourra alors CHOISIR son développement

Le développement touristique s’il ne contribue pas au développement local ne fera à long terme qu’accélérer la désertification de notre territoire.

Notre région a de beaux atours, investissons dans la valorisation de notre territoire, plutôt que dans un projet qui ne créera qu’une nouvelle fréquentation touristique « artificielle » et contre-productive.

RAPPEL : réunion publique d’information sur le projet d’aménagement du Haut-Folin mercredi 17 février à 19h00 à la salle des fêtes de Saint-Léger-sous-Beuvray

Le collectif de défense du Haut-Folin

Publicités

Des alternatives de développement pour le massif du Haut Folin !

Toutes les contributions sont utiles ET NECESSAIRES !!! Partagez vos idées et votre vision du développement pour ce bel endroit.

Paysages du Haut-Folin
Paysages du Haut-Folin

– Le Parc Naturel Régional du Morvan a balisé 3 sentiers de randonnées sur le Massif du Haut-Folin et une brochure a d’ailleurs été éditée. C’est une offre d’activités sur le Haut-Folin mais que l’on peut encore développer !
– Imaginons donc 3 petites tours d’observation sur le massif, (en bois du Morvan, pas une énorme charpente métallique habillée de bois, comme le Giga-Belvédère de EAK), positionnées sur chacun de ces sentiers de randonnée offrant ainsi un point de vue différent à chaque fois. Plus besoin de monter à 40 mètres, si on utilise les reliefs et l’immense étendue qu’est le Massif du Haut-Folin.
On répartit ainsi les touristes sur le massif sans générer de phénomène de masse.Quant à la vue sur le Mont Blanc, pas la peine de grimper bien haut, puisqu’elle est visible de divers endroits du massif, encore faut il le savoir. Mais c’est surtout la météo qui décide, comme souvent dans cette rude et belle région.
– Au pied de chaque tour d’observation accessible gratuitement, on permet à un entrepreneur local d’installer, pour l’un, un petit restaurant genre chalet, capacité d’accueil à taille humaine, pour l’autre une cabane de souvenirs, et enfin un espace nature ludique, jeux de plein air, locations de vélos, accro-branches etc.
Plus besoin d’une rentabilité démentielle et de 300.000 personnes/an, juste attirer des familles, des randonneurs, des amoureux du tourisme vert venus chercher un peu de calme et de détente dans ce bel endroit.
– Création d’un parcours de balade thématique en partant de chaque village cernant le Haut-folin, avec comme destination finale une des tours.
Par exemple, au départ de Glux-en-Glenne « À pied et en voiture, à la recherche du mont blanc !»
Rendez vous à Glux, 3 points de vues remarquables avec des horizons différents : place de l’église, terrasse de l’auberge et terrasse du gite communal, puis filons vers le Haut Folin, ses sentiers de randonnées et ses 3 tours.
– Finalisons les pistes de descentes de VTT sur le massif. Le Haut-Folin est un trésor pour les sportifs environnants (Autun, Chateau-Chinon,…). Nul besoin de faire venir des touristes de Paris ou Lyon en bus faire un tour de Giga-Belvédère toboggan !

– Développons le tourisme équestre : quoi de mieux que de se déplacer à cheval dans ces sentiers forestiers.

– Développons encore l’activité ski de fond (quand la météo le permet), une activité sportive et ludique qui a eu ses heures de gloire par le passé.
– Adoptons une signalétique en accord avec le massif protégé et les besoins des touristes.( où sont les restaurants, où est le beau musée de Bibracte ?, où sont les points d’informations…).
– Développons l’activité « pêche » sur le massif (Etang de Préperny, Etang de la Goulette). Cartes à la journée, gestion piscicole locale).
Cette activité existait par le passé, et les anciens se rappellent avec nostalgie des journée passées au bord de l’eau à pêcher la truite en famille autour d’un pique-nique.)
– Créons une antenne du parc naturel régional du Morvan dans un des 3 villages du massif et pourquoi pas un mini-musée des bois et des forêts ?
– Formons les acteurs du tourisme à la découverte du « Morvan des Sommets », tenir à jour les supports d’informations sur le « Morvan des Sommets », communiquer sur les évènements et activités qui existent sur le Haut Folin et les environs auprès de ceux qui reçoivent les touristes (hébergeurs, restaurateurs, office du tourisme, …).
L’argent public serait plus utilement dépensé à COMMUNIQUER sur le Haut-Folin et ses activités Nature et le superbe musée archéologique de Bibracte et le Mont Beuvray, plutôt que de le dépenser à élargir des routes (… !) et créer des parkings !

Tout cela contribue à attirer sur le Haut-Folin des amoureux de nature qui consomment dans les auberges, épiceries et boulangeries, et ne font pas que passer en bus ou en voiture pour la journée, pour manger au belvédère et faire un tour de toboggan.

– Animer et développer les villages environnants :
Exemple de Glux-en-Glenne, qui peut se rendre plus attractif, sans dénaturer son merveilleux village, sans devenir juste un axe de passage (imaginez l’impact des 200.000 à 300.000 personnes/an obligatoires pour rentabiliser le Giga-Belvédère à sensations du promoteur allemand Erlebnis Akademie AG (EAK)…
Réhabiliter une place de village : Embellissons la place de l’Eglise comme centre-village pour la rendre plus accueillante (fleurissement, petit murets de pierre, bancs, table d’orientation, table de pique nique…)
Aménagement succinct de la plateforme des « fours » sans doute une des plus belles vues du village.
Faciliter l’installation d’artisans ou d’artistes en proposant par exemple la « maison des myrtilles » comme local à loyer très modéré en contrepartie de la découverte de son art (obligation de porte ouverte).

– Misons sur le statut de ciel noir de qualité 9/10 (au dessus, c’est le désert du Kalahari) pour attirer les astronomes amateurs et les astro-photographes. Plateforme dédiée, animations à l’année, communication.
Comme vous le voyez, les idées ne manquent pas pour mettre en valeur ce patrimoine naturel d’exception, ce ‘coin perdu’ où on trouve encore la paix, avec une haute-qualité et un tourisme spécialisé pour les 50+, les familles, les pêcheurs et les naturalistes. Conclusions de l’analyse SWOT* commandée par le PNR du Morvan en 2004:* (de l’anglais : S = strengths (forces) ; W =Weaknesses (faiblesses); O = Opportunities (opportunités) ; T =Threats (menaces))

Le collectif de défense du Haut-Folin

Le projet initial de tour d’observation

En parcourant les différents articles du web qui parlent d’un projet de tour d’observation sur le Haut-Folin depuis 2011, on trouve quelques photos de projets.

Projet de tour panoramique en bois sur le Haut-Folin.
Projet de tour panoramique en bois sur le Haut-Folin.
Plateforme d'observation.
Plateforme d’observation.

 

 

projet initial
Autre projet
Tour du Mont Bessou.
Tour du Mont Bessou.

Avant d’imaginer contruire un Giga-Belvédère en faisant appel à Erlebnis Akademie AG (EAK), promoteur allemand côté en bourse, des solutions plus raisonnables avait été imaginée pour le Haut-Folin, sommet du Morvan et de la Bourgogne : une tour d’observation de taille raisonnable, accessibles à tous et en particulier aux amoureux de nature sauvage et de tourisme vert.
Dans ces projets initiaux porté par la région et le parc Naturel régional du Morvan, nulle question de rentabilité (faire venir 250.000 visiteurs pour rentabiliser), de parking démesurés (250 places VL, 10 places de bus), de restauration sur place (300 couverts), de circulations intenses dans les villages (devenus lieux de transit), juste une mise en valeur du site et un développement économique raisonné à base de tourisme vert (randonnée, VTT, pêche,…).
Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Giga-Belvédère du Haut-Folin : gardons les pieds sur terre !

Le Haut-Folin (sommet du Morvan et de la Bourgogne) est parcouru à pied et en VTT par les amoureux de nature vierge et de tourisme vert .
Le Haut-Folin (sommet du Morvan et de la Bourgogne) est parcouru à pied et en VTT par les amoureux de nature vierge et de tourisme vert .


OUI
au développement économique et touristique du Morvan et du Haut-Folin.
NON à l’enrichissement exclusif de Erlebnis Akademie AG (EAK) et à la rentabilité à tout prix de son Giga-Belvédère à sensation…

OUI au tourisme vert !
NON au tourisme de masse (300.000 visiteurs attendus pour rentabiliser l’investissement du Giga-Belvédère…

OUI aux petites auberges et restaurants locaux, aux boulangeries et épiceries dans lesquelles les randonneurs et amoureux du tourisme vert vont se ravitailler !
NON au restaurant du Giga-Belvédère, où les touristes de masse venant de Lyon ou de Paris, avides de sensation, vont aller directement sans s’arrêter dans les villages…

OUI au respect des zones Natura 2000 et des ZNIEFF du Haut-Folin !
NON au tourisme de masse, à la pollution et aux nuisances qui vont être générées (circulations intenses, parkings, déchets, eaux usées…)

OUI à une tour d’observation gratuite et à taille humaine, sentiers de randonnée, circuits de VTT, chasse, pêche, ski de fond, pistes de luge, équitation,… !
NON au Giga-Belvédère allemand pour urbains désabusés…

OUI à la promotion d’activités de loisir compatibles avec le parc naturel régional du Morvan !
NON au Giga-Belvédère à sensation de Erlebnis Akademie AG (EAK)…

Tourisme de masse
Tourisme de masse

Habitants du Haut-Folin, des villages environnants et du Morvan, réagissons ! Ne laissons pas un projet fou dénaturer cette zone naturelle à protéger.

Laissez vos commentaires sur le blog, partagez sur Facbook et Twitter et « aimez » nos pages. Merci

 

Connaissez-vous le Haut-Folin, merveille du Morvan ?

Forêt du Haut Folin
Rayon de soleil dans les sous bois résineux du Haut-Folin

Le Haut-Folin est le point culminant (altitude 901 mètres) du massif du Morvan, situé dans la région Bourgogne-Franche-Comté.

Il est situé sur la commune de Saint-Prix, cerné par les communes de Glux-en-Glenne au Sud et Arleuf au Nord, cernés de forêts d’épicéas, de Douglas et de hêtres.

Un lieu unique, à défendre et à préserver.

Au sud à 45 minutes on trouve la ville d’Autun, au nord-ouest la petite ville de Château-Chinon.