Tour du HAUT-FOLIN : réunion du 26/04/16 à Glux-en-Glenne !

Un petit ruisseau tranquille sur le Haut-Folin
Un petit ruisseau tranquille sur le Haut-Folin

Le Parc Naturel Régional du Morvan avait préparé une réunion d’information à la mairie de Glux-en-Glenne ce mardi 26 avril 2016.
Quelques représentants du collectif étaient présents ainsi que d’autres associations concernées par le territoire et ce projet.

Patrice Joly (Président du conseil départemental de la Nièvre et du parc naturel régional du Morvan) nous a dit ne pas apprécier le ton que nous utilisons sur le blog!
A part cela, peu d’information, pas de chiffres, pas de données économiques, pas d’études à se mettre sous la dent.

Dans le détail :

La tour allemande est belle , intégration formidable, etc, etc.
Nous avons redit, chiffres à l’appui, que le projet n’est pas transposable. Aucun commentaire…

René blanchot (maire de Glux-en-Glenne) a dit que EAK (le promoteur allemand porteur du projet) mettait 20 à 30 % de fond propre et que le reste était exclusivement des emprunts bancaires.
ils continuent à se renseigner…
Voilà ce qu’on explique depuis pas mal de temps déjà : EAK ne met pas 6 millions d’euros sur la table, il ne prend pas la plus grande part du risque, ce sont des emprunts bancaires vraisemblablement cautionnés par la région qui feront le montage.
Alors oui Messieurs, continuez à vous renseigner, pour savoir qui prend réellement du risque financier dans cette affaire ?

Outre le Collectif de Défense du Haut-Folin, Autun Morvan écologie (AME), Vents du Morvan (VDM) et Adret Morvan (AM) étaient présents.

Voici leurs points de vue :

AME : sera contre si il n’y a pas de mise en oeuvre d’un plan de préservation et de restauration de la forêt sur le secteur et l’association est  prête à collaborer sur l’évolution du dossier sous cette condition. Inquiétude légitime quant aux coupes à blanc sur le Morvan , elle prône une sylviculture proche de la nature et à peur que les investissements publics prévus pour ce projet n’absorbe les fonds au détriment des petits artisans ou commerçants existants …elle doute du nombre affiché de 250.000 visiteurs par an et  pose la question du développement des producteurs locaux. »

VDM  : suite à une réclamation de VDM, voici leur communiqué officiel.

« Le sujet de la tour du haut-Folin est revenu souvent dans les discussions du comité de rédaction. Il est clair que hors des questionnements déjà posés et argumentés, les avis restent très partagés. Certains membres du CR sont plutôt pour, alors que d’autres sont plutôt contre. Sur un tel sujet, donner une position commune de l’association reste difficile et c’est pourquoi, nous vous proposons sur notre site les avis de nous tous ainsi que d’autres avis reçus. Les arguments et les convictions abondent, mais aussi des réflexions, des attentes et des idées. Quoi qu’il en soit, que le projet se fasse ou non, VDM continuera à s’intéresser au Haut-Folin. C’est pourquoi, Bernard Périé, un membre de l’équipe s’est donné le mal d’aller en Allemagne, voir une des tours construites par le promoteur et il nous livre également son compte rendu.

http://www.ventsdumorvan.org/nos-reaction-sur-le-projet-damenagement-du-haut-folin/ »

AM : pour une vraie réflexion sur un projet de territoire et un développement touristique très doux et de qualité, tourisme du 21ème siècle. Ne croient pas qu’un projet électrochoc comme l’appelle VDM soit opportun.
il ne croient ni en la tour , ni dans les 250.000 touristes. Ils souhaitent une vraie politique touristique avec plusieurs petits projets bien ancrés sur tout le territoire, Bibracte en est un. Excellente approche selon nous !

Pour résumer, à part un avis partagé chez Vents du Morvan, la majorité des associations concernées par ce projet et le territoire sont dubitatives et POUR un autre type de développement.

Patrice Joly et son équipe n’avaient pas compris que notre demande d’appel a projets ne concernait pas d’autres constructeurs de tour.
Cet appel a projets pourrait, au conditionnel, s’intégrer à leur projet de développement global du territoire afin d’accompagner la tour.
A priori, on peut en conclure qu’aucun d’entre eux n’avait lu nos propositions ou n’en avait fait cas. C’est bien dommage d’être considérés de la sorte…

Patrice Joly a dit que le Giga-belvédère ne pouvait se faire sans le soutien de la population et qu’il envisageait d’associer des gens à la réflexion concernant le projet de territoire.
AME et le Collectif de Défense du Haut-Folin souhaitons y être associé. Pas de réponse…

On a rappelé l’importance de faire des actions maintenant, comme par exemple revoir la signalétique sur le territoire.
On nous a répondu « budget 600.000 € » , « d’autres dossiers sont prioritaires ».
Effectivement, mettre 1.000.000 d’euros d’investissement public sur une tour qui ne va bénéficier qu’à son promoteur ne pose pas de problème à la région, alors que mettre 600.000€ pour ORIENTER les touristes ne leur semble pas important.
Vu sur le blog :
• ORIENTER
En accord bien évidemment avec les acteurs concernés, ne pourrions-nous pas la compléter par une signalétique plus explicite ? Ex : le Mont Beuvray Point de Vue / Bibracte « Ville Gauloise, Musée et fouilles archéologiques », Saint Honoré Les Bains / Station thermale, Poil / vente à la ferme, Millay / Cave cidricole …il faut orienter les touristes et les amener dans nos villages et chez nos commerçants.
Certes un investissement financier mais dont les retombées iront directement dans notre économie locale et pas dans les poches d’un seul investisseur.

En fin de réunion, nous avons posé la question : « quoi de neuf, en fait ? »
Et bien ,…une volonté de continuer l’étude de ce projet.

On assiste donc malheureusement à un dialogue de sourds.
D’un côté la majorité des associations qui font part de leurs craintes et sont en attente d’études concrètes et de chiffres précis, de l’autre les porteurs du projet qui semblent « hypnotisés » par cette tour et continuent à avancer « bille à tête » en toute partialité…

Retombez les pieds sur terre ! Vous êtes « Parc Naturel », vous engagez « l’argent du contribuable », vous êtes censés « améliorer le quotidien des habitants de ce territoire ».

Ecoutez nos propositions, analysez les chiffres, pesez le pour et le contre, ne restez pas bloqués sur un seul et unique projet, c’est tout ce que l’on vous demande !

Publicités

Commentaires d’ici et d’ailleurs !

Paysages du Haut-Folin
Paysages du Haut-Folin

Quelques commentaires de sympathisants glanés sur le formulaire d’inscription au collectif de défense du Haut-Folin : bonne lecture !

F.P. Morvan :
Native du Morvan et y ayant toujours séjourné depuis ma tendre enfance.
Je réside à l’année à une quinzaine de kms du Haut-Folin où je vais souvent me ressourcer.
Je ne souhaite absolument pas voir la montagne morvandelle défigurée par un projet hideux et complètement mégalo…Des aménagements écolos seraient au contraire encouragés et bienvenus.

M.G. St Prix :
LE HAUT FOLIN EST UN ENDROIT MAGNIFIQUE ET LA CONSTRUCTION DE CETTE TOUR DEFIGURERAIT CE SITE, IL Y A DES PRIORITES AVANT D’INVESTIR DANS UN PROJET AUSSI FOU.
NOS CAMPAGNES ONT BESOIN DE COMMERCES ,QUI EUX MALHEUREUSEMENT SANS REPRENEURS FERMENT .

C.B. Anost :
propriétaire d’une maison au pied du Beuvray, attachement à St Prix, au Folin, à la Goulette, la Croisette… où j’ai passé toute ma jeunesse, je suis pour un développement touristique du Morvan mais raisonné et raisonnable, familiale (contre le tourisme de masse), écologique, et qui permette de créer des liens…

D.C. Anost :
Les utilisateurs des nombreux circuits de randonnées que j’ai publié sur le Haut-Folin et sa périphérie, les centaines de randonneurs équestres que j’y ai emmenés n’ont pas eu besoin, ni les uns ni les autres, d’un mirador d’où on ne verra rien du tout, pour apprécier cet espace naturel unique en son genre. Il doit être préservé à tout prix.

M.L. Luzy :
J’aime la nature et je souhaite que l’on respecte ça. Laisser nos forêts comme elles sont sans construction démesurée. Je suis aussi contre le projet éolien sur le Sud Morvan. Respectons l’environnement. Notre seul atout est la tranquillité.

JC.T. Millay :
Je souhaite que ce joli site du Morvan soit conservé dans son état.
Nous n’avons pas besoin de l’implantation de ces « attractions » dont le seul but est le profit d’un petit nombre au détriment de la collectivité.

M.L. Lormes :
Nouvel habitant dans le Morvan, un tel aménagement touristique va a l encontre de mon idée de préservation de notre environnement, les sites touristiques sur-peuplé c’est d une autre époque, il faut penser autrement le développement de cette région 😉

H.D. La Grande Verrière :
Que le Haut Folin, reste tel qu’il est actuellement.. Respectons la nature, elle en a bien besoin. De toute façon, la majorité des touristes, ne savent même pas où se trouve le Morvan, alors, le Haut Folin……

PA.M. Château-Chinon :
Je partage votre avis , laissons ce coin de France sauvage comme il est ! , j’y ai vécu en tant que militaire de 1970 à 1975 , j’y retourne en hiver (raquettes ski de fond ) en été (myrtilles ballades ) quel silence !! pensons aux habitants des hameaux alentours qui veulent sûrement vivre leur tranquillité de toujours

MA.D La grande Verrière
Ayant tjrs habité ici je ne souhaite en aucun cas que ce projet soit abouti…que notre faune et flore restent protégées ….et vivantes…

C.B, Broye
Je suis un amoureux du Morvan étant vttiste marcheur coureur et enduriste je trouve sa immonde de faire une tour en plein milieu du morvan qu’ils aillent ailleurs je vous soutiens

C.T. Yvelines :
AMOUREUSE DE DAME NATURE JE SOUHAITE VENIR M’INSTALLER DANS LES CINQ ANS A VENIR POUR LA TRANQUILLITE LA NATURE SAUVAGE ENCORE PRESERVEE. BREF POUR LE COIN DE PARADIS QUI CARACTERISE LE MORVAN.

L.V. Rhône :
Amoureux de nature préservée et de calme. C’est un luxe qui n’existe plus ailleurs.

M.P. Communay :
Juste préserver une zone de nature qui fait plus de bien qu’un parc formaté !

C.C. Fours :
La protection des milieux naturelles en général mais plus particulièrement du morvan contre les projets de tourisme de masse et d’éolien géant qui menacent l’équilibre de l’Homme et de la nature

J.I. St Priest :
trés belle région encore sauvage et a préserver

L.G. Saulieu, Sydney :
J’ai habité des années dans le Morvan, une région que j’aime énormément. Ce projet de giga-belvédère sans intérêt pour le Haut-Folin, ni pour ses habitants des villages environnant, ni pour ceux des touristes qui aiment la nature, me rappelle le projet de Pierres et Vacances au bord du lac de Chambou.
Je suis en désaccord avec tous ses projets d’aménagement qui ne respectent pas l’échelle (campagnes, petits villages, petits aménagements, grandes villes, possibilité de grands aménagements – pas toujours d’ailleurs), ni l’opinion des habitants, premiers concernés, ni les besoins réels des usagers (les touristes, c’est vous, c’est moi, c’est tout le monde, ce n’est pas une espèce à part) et les touristes qui vont dans le Morvan cherchent, pour beaucoup d’entre eux en tout cas, un environnement préservé de l’affluence, des grandes routes, de l’agitation. Bravo pour ce collectif.

Sauvage, calme, tranquillité, ce sont les mots clés qui ressortent à chaque fois.

Vous partagez les mêmes valeurs et vous avez envie de nous rejoindre en tant que sympathisant ? : https://goo.gl/KjRKwH

Projet de tour au Haut-Folin : analyse des chiffres !

Le Haut-Folin sous la neige !
Le Haut-Folin sous la neige !

Citer des chiffres c’est bien mais les analyser c’est mieux !

Concernant les chiffres du tourisme en Forêt-Noire :
– 51% des visiteurs viennent pour les thermes
– 28% pour des séminaires
Soit 80% de la clientèle touristique vient pour un autre motif que la nature et le belvédère…

Juste pour info, la majorité des personnes allant dans les thermes séjournent effectivement sur place on peut donc aisément et sans trop de risque conclure que les 255 109 nuitées sont liées à l’activité thermale et aux séminaires et non au belvédère.

Origine des visiteurs : 50 à 250 km ….
Où allons-nous trouver les 250.000 visiteurs nécessaires à la rentabilité du Giga-belvédère dans un rayon de 250 km autour du Haut-Folin ?

Enfin : 1 million de visiteurs à la journée – et seulement 250.000 visiteurs au Giga-belvédère soit seulement 1 personne sur 4 qui se rend dans la région va jusqu’au belvédère….
Cela fait une belle déperdition non ???
Pour espérer faire 250.000 visiteurs sur le haut Folin, on peut estimer qu’il faudrait également 1.000.000 de visiteurs sur notre territoire … IMPOSSIBLE !

A chacun de se faire son opinion.

« Le PNRM nous confirme que le projet d’EAK ne bénéficiera pas à l’économie locale », alors pourquoi s’entêter ?

Giga-Belvédère EAK

Aussi étonnant et inespéré que cela puisse être, le compte-rendu de la visite du PNRM (Parc Naturel Régional du Morvan) en Forêt Noire en arrive aux mêmes conclusions que nous – à savoir que ce projet ne bénéficiera d’AUCUNE façon à l’économie locale !

Si si, c’est écrit noir sur blanc, reprenons leurs éléments :

Statistiques fournies  par le PNRM lui-même sur son site internet et son Facebook
Extrait « compte rendu de la visite en forêt noire » (PDF – 122 Ko), page 5 http://goo.gl/HsrrmT

  • 87 % des touristes ne viennent qu’à la journée
  • Le panier moyen d’un touriste journée est de 24 € / personne

budget moyen :

– l’entrée du giga-belvédère est en moyenne de 9 €,
– le parking payant est de 3 € pour 2H sachant que la durée moyenne de la visite est de 2H30,
– le restaurant sur place : environ 12 €,
soit déjà un total de 24 €.
Si on rajoute 3 € supplémentaire de parking pour le temps nécessaire au déjeuner au restaurant du belvédère + 5 € dépensés à la boutique souvenir + 2 € pour le toboggan, le budget monte à 34 € / personne (26€ déjà si on ne compte que l’entrée, la restauration et la boutique).

Conclusion : la quasi totalité de la clientèle générée par le Giga-belvédère ne fera pas vivre l’économie locale mais juste l’entreprise EAK et le nouveau restaurant du sommet –
et le musée de Bibracte bénéficiera très peu de ce surcroît de clientèle touristique – sa visite devenant « hors budget » !

Comment peut-on encore après les propres informations fournies par le PNRM lui-même, s’entêter à ce point et nous assurer les yeux dans les yeux que ce projet va sauver notre territoire ?, et au passage nous faire accepter qu’avec nos impôts nous financions minimum 1 MILLION d’euros de travaux d’aménagement pour que ce projet PRIVÉ voit le jour ?
Quelles sommes nos impôts vont devoir financer tous les ans pour :

1/ entretenir les infra-structures routières ?
2/ déneiger ?
3/ gérer les déchets, le PNRM nous dit qu’il s’oriente vers « aucune poubelle », les touristes gèreront leurs déchets, soit…
4/ nettoyer les sentiers de randonnée ?
5/ traiter les déchets organiques (EAK s’engage à financer la construction mais pas le traitement (cf compte-rendu), …?
6/ inclure le coût de la signalétique et de son remplacement ?
7/ le coût de la construction du fameux restaurant , le cas échéant…?

Nous ne le répéterons jamais assez :
– nous ne sommes pas contre le concept de Giga-belvédère d »EAK qui peut être très bien « ailleurs » mais nous sommes contre son implantation sur le Haut-Folin dans cet espace et cet environnement, un des derniers lieux de nature encore préservé à 3H de Paris et 2H de Lyon,
– nous ne sommes pas contre un développement touristique du Haut-Folin et du Morvan des Sommets, bien au contraire, mais contre un investissement qui nécessite 250 000 visiteurs annuels pour être rentable,
– nous ne sommes pas contre de l’investissement public bien au contraire mais contre un investissement public au bénéfice d’un seul et au détriment de tous les autres.
– nous ne sommes pas contre l’implantation d’un petit restaurant sur le Haut-Folin, mais contre l’implantation d’un restaurant susceptible d’accueillir 300 personnes et qui va faire péricliter les quelques restaurants alentours qui survivent encore.

nous sommes pour un autre développement, respectueux des caractéristiques du Haut-folin et du territoire du Morvan des Sommets, respectueux de nos infra-structures locales, respectueux de nos villages, respectueux de notre économie locale, respectueux de la clientèle touristique et de ses motivations pour venir aujourd’hui découvrir le Haut-Folin et ses environs et qui contribue, elle, à faire vivre les derniers commerces de nos campagnes.

Notre collectif propose un autre développement, alors Mesdames et Messieurs nos élus, ne balayez pas ces propositions d’un revers de main sous prétexte qu’elles viennent de nous mais appropriez les vous et pendant les 2 ans d’études à venir, mettez en place des actions concrètes au bénéfice de notre territoire.

• MIEUX VALORISER NOTRE TERRITOIRE ET DONNER ENVIE
Il faut donner l’ENVIE aux touristes déjà présents sur le territoire de venir jusqu’à nous. Un guide recensant toutes les activités est indispensable, et nous l’avons avec le guide du Morvan des Sommets, mais pour une personne ne connaissant ni le territoire, ni les temps de trajets, difficile d’organiser sa journée, ses vacances, de combiner les intérêts de toute la famille, …
Repensons notre communication et facilitons leur la tâche en créant des «Programmes Type » à la journée, sur 2 jours, sur une semaine en combinant des visites culturelles, ludiques, sportives, des dégustations de produits du terroir, visites à la ferme pour donner envie aux touristes de découvrir le Haut Morvan.
• CONVAINCRE
Il faut non seulement convaincre la clientèle déjà sur place que le Morvan des Sommets est incontournable mais également en amont essayer de capter l’intérêt de la clientèle quand elle prépare ses vacances pour qu’elle réserve un hébergement dans le Haut Morvan en lui vantant tout ce qu’on peut y faire, en lui proposant des balades, des visites, des programmes, des hébergements…
• ORIENTER
La signalétique sur nos routes est elle suffisamment efficace ? En accord bien évidemment avec les acteurs concernés, ne pourrions nous pas la compléter par une signalétique plus explicite ? Ex : le Mont Beuvray Point de Vue / Bibracte « Ville Gauloise, Musée et fouilles archéologiques », Saint Honoré Les Bains / Station thermale, Poil / vente à la ferme, Millay / Cave cidricole …il faut orienter les touristes et les amener dans nos villages et chez nos commerçants.
Certes un investissement financier mais dont les retombées iront directement dans notre économie locale et pas dans les poches d’un seul investisseur.
• FORMER
La formation et l’information des acteurs du tourisme aussi bien institutionnels (tels les offices du tourisme), que privés (hébergeurs, restaurateurs, ..) est elle suffisante ?
Ils sont la vitrine de notre Morvan, faisons leur découvrir nos producteurs, nos forêts, nos restaurants, …pour promouvoir quelque chose, rien de tel que de l’avoir testé soi-même.
S’ils sont convaincus, ils convaincront d’autant plus facilement.
• DEVELOPPER
Les objectifs :
• Privilégier des projets qui fassent séjourner les touristes dans le Haut Morvan et non juste le traverser pour aller faire une attraction dans les bois et repartir dans la foulée sans avoir dormi, mangé et acheté « local ».
• Accueillir et accompagner des porteurs de projets « innovants » soucieux de contribuer au développement de l’économie locale et au maintien des commerces, des producteurs locaux et des habitants dans nos villages tout en préservant ce qui caractérise notre territoire « sa nature sauvage et préservée, sa quiétude, la beauté de ses paysages ».
• Associer les acteurs touristiques locaux qui côtoient la clientèle touristique et connaissent ses besoins et ses attentes.
Les moyens : un appel à projet : https://goo.gl/T22Grb
Des idées en vrac :
– Création d’un parcours de balade thématique en partant de chaque village cernant le Haut-folin, avec comme destination finale une des tours.
Par exemple, au départ de Glux-en-Glenne « À pied et en voiture, à la recherche du mont blanc !»
– Finalisons les pistes de descentes de VTT sur le massif. Le Haut-Folin est un trésor pour les sportifs environnants (Autun, Chateau-Chinon,…)
– Développons le tourisme équestre : quoi de mieux que de se déplacer à cheval dans ces sentiers forestiers ?
– Développons encore l’activité ski de fond (quand la météo le permet), une activité sportive et ludique qui a eu ses heures de gloire par le passé.
– Un nouveau chalet d’accueil est en construction à Préperny, profitons de ce lieu pour développer des activités multi-saisons (locations de vélo, prêt des tablettes du parc, informations touristiques, …)
– Développons l’activité « pêche » sur le massif (Etang de Préperny, Etang de la Goulette). Cartes à la journée, gestion piscicole locale.
Cette activité existait par le passé, et les anciens se rappellent avec nostalgie des journée passées au bord de l’eau à pêcher la truite en famille autour d’un pique-nique.
– Créons une antenne du parc naturel régional du Morvan dans un des 3 villages du massif et pourquoi pas un mini-musée des bois et des forêts ?

Et s’il vous plaît , Mesdames et Messieurs nos élus, prenez le temps de relire vos propres comptes rendus ainsi que l’étude d’Atout France qui tous 2 en arrivent à la même conclusion : ce projet en l’état n’est pas tenable et non seulement il ne bénéficiera pas à l’économie locale mais accélèrera encore la fermeture des derniers commerces dans nos campagnes !!!
Est-ce vraiment ça que vous souhaitez pour notre territoire ?

Le collectif de Défense du Haut-Folin
Vigilance, information, propositions
Vous partagez les mêmes valeurs et vous avez envie de nous rejoindre en tant que sympathisant ? : https://goo.gl/KjRKwH

VRAI OU FAUX LE HAUT-FOLIN ?

Mystérieux Haut-Folin sous la neige.
Mystérieux Haut-Folin sous la neige.

Merci à Olivier Thiebaut (Chargé de mission paysage et urbanisme du Parc naturel régional du Morvan et porteur du projet) d’avoir publié sur le Facebook et le site du Parc Naturel Régional du Morvan toute une série de documents de travail relatifs à ce projet.

Voici son premier texte et nos commentaires (en gras) sur le document intitulé : « VRAI OU FAUX LE HAUT-FOLIN ? »

1 – UN PARCOURS AU SOMMET DES ARBRES EST À L’ÉTUDE ?
VRAI, c’est à ce stade une idée suite à la rencontre à deux reprises en 2015 avec une entreprise spécialisée dans la conception et la gestion de sentier des cimes intégralement accessible jusqu’au sommet pour les personnes à mobilité réduite : Erlebnis Akademie AG (EAK). Reste à vérifier si l’idée pourrait devenir un projet en restant un élément de développement territorial et économique du Morvan des Sommets.

Pourquoi le projet allemand à 6 millions d’euros (apportés par EAK ? ou plutôt empruntés et garantis par nous ????) et 1 million d’investissements publics est-il réalisable aujourd’hui alors que les tours d’observations à 640.000€ étudiées par des architectes français étaient trop chères ?

2 – IL N’Y A JAMAIS EU DE RESTAURANT
FAUX : un chalet skieur CAF a existé de 1953 à 2000, où nombre de morvandiaux appréciaient de s’y rendre et déguster une crêpe. Un nouveau « chalet » pourrait être installé au sommet dans le cadre d’un projet
d’aménagement, en coordination avec l’offre de restauration déjà existante. EAK n’a pas vocation à assurer l’offre de restauration et privilégie l’initiative locale.

Pourquoi y installer un restaurant alors que l’idée est de conforter et développer l’offre locale ?

3 – LE PROJET CONSISTERAIT BOIS LOCAL.
VRAI, la structure des parcours existants est intégralement en bois (douglas lamellé-collé). Les éléments métalliques sont exclusivement limités aux ferrures d’assemblage, de contreventement, et de support des passages en déport, et les éléments de zinguerie protègent les faces exposées à la pluie. Le challenge d’une construction en bois local est, pour un territoire forestier comme le Morvan, une exigence.

Ne pas confondre une structure bois et un habillage en bois. Il y a beaucoup de métal dans les tours d’EAK, sans compter le toboggan…

4 – LE SITE DU HAUT-FOLIN EST AU COEUR DE SITES NATURELS PROTÉGÉS.
FAUX, aucun site naturel protégé n’est présent au sommet. Seule hormis une zone naturelle d’intérêt floristique et faunistique (de niveau secondaire) concerne le massif, comme les 3/4 du Morvan. Les sites Natura 2000 existants sont situés en contrebas du massif.

Qu’entendez-vous par « de niveau secondaire ? Une ZNIEFF (zone naturelle d’intérêt floristique et faunistique est une ZNIEFF), et y faire transiter 250.000 visiteurs annuellement, avec le bruit, les circulations, les papiers gras qui vont avec ne nous semble pas en adéquation avec ce genre d’endroit (magnifique au demeurant, avec des ruisseaux, ses bois, ses sentiers et la flore et la faune qui vont avec, et qui aura tôt fait de déserter les lieux sous la pression touristique).

5 – LA FORÊT POURRAIT ÊTRE DÉTRUITE
FAUX, possiblement implanté au sein de la forêt domaniale de St-Prix, les parcours développés cherchent à s’insérer au plus près des arbres et à être totalement invisibles. Le nombre d’arbres coupés serait réduit au minimum (17 arbres coupés lors de la dernière création en Forêt Noire). Les stationnements nécessiteraient une réflexion paysagère poussée pour respecter l’ambiance du site.

Nous sommes d’accord avec le fait que l’intégration paysagère est réussie, ce n’est pas pour nous le noeud du problème.

6 – EAK EST UNE ENTREPRISE COTÉE EN BOURSE
VRAI, l’actionnariat d’EAK s’est développé autour d’un ancrage territorial local et reste détenu en majorité par les 3 actionnaires fondateurs. La mise sur le marché de Munich en décembre 2015 vise un marché de niche : entreprises innovantes, performance environnementale.

Nous attendons des éléments précis du montage financier afin de s’assurer de qui prend réellement le risque (EAK ou la collectivité ?).

7 – LA FRÉQUENTATION DU PARCOURS VISERAIT 250 000 VISITEURS ANNUELS
VRAI, cette estimation correspond au mode de fonctionnement des 4 parcours en fonctionnement en Europe, permettant de couvrir le retour sur investissement et l’entretien du site.

C’est le plus gros problème de ce projet ! Le bassin de population et les distances ne sont absolument pas les mêmes qu’autour de la tour de Forêt Noire.
1 million d’habitants à 1/2 heure à la ronde contre moins de 100.000 à 1h pour le Haut-Folin
De plus, la tour allemande possède un accès par funiculaire qui réduit considérablement les nuisances de circulation.
Pour le Haut-Folin, le paisible village de Glux-en-Glenne par exemple deviendrait un lieu de transit de bus !
Il faudrait absolument trouver des solutions pour éviter de transiter par les centre-village.

8 – CE SERAIT UN PROJET DE PARC
D’ATTRACTION
FAUX : pas de bateau pirate ni de train fantôme, mais simplement un parcours éducatif sur l’environnement, les milieux naturels, les paysages, les patrimoines culturels et humains. L’éducation à l’environnement utiliserait des supports ludiques pour captiver le public familial. La participation du Parc naturel régional et des associations locales compétentes sera recherchée.

Certes ce n’est pas un parc d’attraction, mais le parcours ludo-éducatif (déambulation entre des cordes, etc.) et le toboggan du Giga-Belvédère de Forêt Noire nous parait un peu éloigné des préoccupations éducatives et de ce que viennent rechercher actuellement les utilisateurs du Haut-Folin (Cyclistes, randonneurs, naturalistes). Pourquoi niveler par le bas et vouloir à tout prix importer des « guignoleries » pour « capter le public familial ?

9 – L’INVESTISSEMENT SERAIT PUBLIC
FAUX : le sentier des cimes serait un investissement entièrement privé, EAK ayant à sa charge la conception, la fabrication, l’exploitation et l’entretien. VRAI : Les collectivités devraient préparer
le site pour recevoir un tel équipement et prendre en charge les aménagements, qui bénéficieront au Morvan des Sommets et non au seul site du Haut-Folin.

Ça reste encore à prouver. Nous attendons avec impatience les éléments du montage financier.
Qu’entendez-vous précisément par les aménagements qui bénéficieront au Morvan des Sommets et non au seul site du Haut-Folin ?

10 – LE SITE SERAIT PRIVATISÉ
FAUX : seul le sentier des cimes serait en accès payant à son entrée, soumis à des horaires d’ouverture. Tout le site du Haut-Folin resterait en accès libre et gratuit.

Encore heureux…

11 – LA CIRCULATION ROUTIÈRE AUGMENTERAIT
VRAI, ce sera une question majeure qui pourrait trouver des réponses au-delà du seul site du Haut-Folin (navettes,signalisation et jalonnement, séjours à la journée / week-end / semaine, …).

Comme vous dites! C’est une question majeure. Passer de 10 voitures par jour à 250.000 visiteurs par an (aller et retour!) n’est pas une mince affaire pour les villages paisibles autour du Haut-Folin. Il faudrait absolument trouver des solutions pour éviter de transiter par les centre-village, où l’impact bruit/pollution serait intolérable pour les habitants, qui sont prêts à manifester pour repousser le tourisme de masse et préserver leur tranquillité.

12 – LES COMMERCES LOCAUX SERAIENT MIS EN PÉRIL
FAUX, les parcours existants sont générateurs d’économie locale (restauration, hébergement, activités, …) qui bénéficient directement des séjours des visiteurs. L’offre de séjour resterait à conforter pour que le flux de visiteurs irrigue largement le territoire. Un projet de développement touristique de la destination Morvan des Sommets est à construire, avec les acteurs publics et privés de ce territoire.

En Forêt-Noire, la ville thermale de Bad Wildbad a évidemment vu le nombre de commerces et de restaurants augmenter, car les touristes viennent pour les thermes, prennent le funiculaire, vont visiter le chemin des cimes. Il y a une véritable synergie.
Au Haut-Folin, la situation n’est absolument pas comparable !
Les « clients » iront batifoler sur le parcours, mangeront au restaurant de la tour, au mieux visiteront le musée (bien que ce ne soit pas le même public) et rentreront chez eux.

Une véritable synergie !

Bibracte sur le Mont Beuvray

Si le parc naturel régional du Morvan et les politiques locaux veulent un belvédère à tout prix, comme cela semble être le cas, pourquoi ne pas en orienter l’implantation sur le mont Beuvray ?

– Les routes d’accès sont déjà à la bonne largeur.
– Le sens unique est déjà mis en place.
– Les plans des parkings supplémentaires sont déjà faits et chiffrés.
– Le directeur du musée archéologique de Bibracte est le premier demandeur de cette clientèle supplémentaire.
– Le site et les équipes de Bibracte, hôtesses et guides ont le savoir faire pour accueillir les groupes scolaires ou touristiques.
– Les restaurants de St léger et Glux sont à proximité, le restaurant gaulois du musée est sur place.
– Bibracte et ses navettes gratuites ont fait leur preuve.
– Les 80.000 clients actuels du musée n’ont apparemment aucun effet néfaste sur le mont Beuvray.
– C’est une occasion inespérée de faire tourner à plein régime la boutique du musée.
– Une vue imprenable sur le site de Bibracte et le Haut-Folin

Quoi de mieux qu’un site archéologique pour éveiller la curiosité au pied d’un parcours ludo-éducatif, plutôt qu’un pylône sujet à caution ?
Rêvons un peu : une fois sur la tour, on chausse des lunettes de réalité virtuelle et on voit apparaitre tout autour de nous la ville de Bibracte surgissant du passé

Regrouper ces 2 pôles d’intérêt, c’est pour le coup une garantie de capter la clientèle sur le musée, ce qui est peut-être le but non avoué de toute cette opération.

Cela aurait en outre le mérite de résoudre pas mal de problèmes :

– Moins de nuisances de circulation dans les villages, de croisements de bus ou d’éventuels sens uniques sur le Folin.
– Pas d’élargissement de routes et de parkings, de pollution et de détritus, le Haut-Folin reste un lieu de nature, accessible à ceux qui veulent s’y balader et s’y ressourcer (comme le recommande l’analyse SWOT : « Pour le tourisme, il faut jouer la carte d’un ‘coin perdu’ où on trouve encore la paix »
– Le musée de Bibracte augmente sa fréquentation, les restaurants et la boutique également.

Alors Messieurs, ne nous répondez pas que vous y avez déjà pensé ou que le site archéologique ne peut absolument pas recevoir ce genre de structure, nous ne pouvons nous empêcher de croire que c’est LA solution à toutes vos attentes, la véritable synergie qui permettrait de rebooster le musée tout en préservant le site naturel du Haut-Folin, qui n’est ni fait pour ça, ni adapté à ce concept.

Restons cependant vigilants et force de propositions :

– Veiller comme pour tout projet à bien le dimensionner pour ne pas partir dans des délires de Giga-Belvédère et risquer un échec (étude d’Atout-France)
– S’assurer dans le détail du montage financier d’EAK, pour ne pas se retrouver responsable de tout et gaspiller l’argent du contribuable.
En fait on en revient toujours à notre postulat de départ, la baseline du blog : « une tour d’observation à taille humaine respectueuse de notre forêt et des villages environnants ! »
– Un appel à projet plus large est également indispensable pour booster et étoffer l’offre sur le territoire.
Voir notre précédent post : https://goo.gl/zVaEDh

Le collectif de défense du Haut-Folin
Vigilance, information, propositions

Les bruits courent, il faut communiquer, et pas seulement par voie de presse !

Le Haut-Folin sous la neige !
Le Haut-Folin sous la neige !

Ça y est , le week-end est fini, tout le monde s’est échangé ses souvenirs , ses photos et ses petites anecdotes !
De ce flux de communication soudain et unanimes au sein des élus , on sent une volonté de nous faire croire qu’un week-end ensemble suffit à valider ce Giga-projet totalement disproportionné à notre Haut-Folin.
Pour rappel; pas plus tard que la semaine dernière, on nous a affirmé qu’aucune étude n’avait encore été faite…
Et pourtant, au hasard de nos rencontres, nous avons appris que certains maires ont compris que le projet était acté, un marchand de bois a confirmé avoir répondu à un appel d’offre concernant ce Giga-Belvédère…
Devons-nous comprendre que la voix de milliers de lecteurs inquiets n’a aucune portée dans la façon de faire de nos élus ? devons-nous croire que la transparence promise n’est que de la pseudo-transparence ?

Nous pensons qu’il est temps de reprendre le travail, descendons de la tour et reprenons contact avec la réalité du Haut-Folin.

NOUS DEMANDONS A ÊTRE ENTENDUS ET INFORMÉS !
Pour les plus sourds, nous ne sommes toujours pas « contre » une tour, mais « pour » une tour de taille et de budget raisonné, sur le Haut-Folin ou ailleurs (et pourquoi pas sur le mont Beuvray par exemple ? / prochain post).

  • Nous demandons juste de nous prouver que l’entreprise EAK va bien « investir » les millions promis et que ce n’est pas seulement un « promoteur », et que le risque sera supporté par les fonds publics.
  • Nous voulons nous assurer que les études d’Atout France ont été prises en compte et que le dimensionnement de la tour sera en relation avec le bassin de population et la situation locale.
  • Nous proposons enfin qu’un appel à projet encadré par les élus , le parc, et les associations soucieuses du devenir du territoire soit lancé pour arrêter d’entendre l’argument que nous avons « UN » investisseur et que « c’est forcément le bon ! »

Ne cédons pas par facilité à cette fatalité.
Nous pouvons être fier d’un des derniers écrins protégés entre Lyon et Paris, ne l’offrons pas en pâtures à des financiers.

De retour de voyage !

Structure interne d'un Giga Belvédère EAK existant. Un petit air de "parc d'attraction" n'est-il pas ?
Structure interne d’un Giga Belvédère EAK existant. Un petit air de « parc d’attraction » n’est-il pas ?

Nos élus à peine rentrés de leur petit voyage en Forêt-Noire allemande que France 3 Bourgogne a diffusé hier soir leurs premiers sentiments :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/emissions/jt-1920-bourgogne
19-20 du 02/04/16

« C’est une surprise qui va au-delà même de ce que j’espérais ! » dit André Accary, président du conseil départemental de Saône et Loire.
Pour réagir ainsi, ces messieurs ont vraiment dû bien s’amuser à éviter les « sympathiques » embûches du parcours, à déambuler comme des explorateurs entre les cordes, à apprendre à reconnaitre un écureuil, à gravir la tour de 40 mètres; ont-il emprunté le Giga-toboggan pour redescendre ?
Car si nous ne doutons pas que l’intégration paysagère de ce genre d’ouvrage est bien faite (au-delà du fait qu’il y a plus de métal que de bois), avons-nous réellement besoin au sommet de la Bourgogne d’un accro-branche géant avec Toboggan pour urbains désabusés ?

– Le reportage annonce que le Giga-Belvédère de Forêt-noire a attiré 250.000 touristes.
Rappelons-nous que ce sont les chiffres avancés et espérés au Haut-Folin pour rentabiliser la future tour.
Rappelons également que la situation n’est pas du tout la même là-bas.

A 1/2h de la tour de la Forêt Noire (accessible par un funiculaire) il y a :
KARLSRUHE : 296.033 habitants
BADEN-BADEN : 54.777 habitants
STUTTGART : 597.939 habitants
Soit au total : 1.000.000 d’habitants environ.
Il y a donc sur place un bassin de population énorme à proximité et des infrastructures évitant toutes nuisances de circulation.

Autour du Haut-Folin, il y a à 1/2h-1h (en étant conciliants) :
AUTUN : 15.069
CHATEAU-CHINON : 2196
DIJON : 151.212
LE CREUSOT : 23.793
Soit un total de 192.000 habitants
10 fois moins de monde et un réseau routier et des villages qui n’ont aucun intérêt à voir défiler des bus et des voitures de touristes.

– Pour finir, France 3 rappelle que le Giga-Belvédère allemand coûterait 6 millions d’euros dont 1 million à la charge des collectivités.
EAK va t-elle réellement mettre 6 millions d’euros sur la table ou demander aux collectivités locales de garantir cette somme ?
Beaucoup d’incertitudes et d’imprécisions à ce stade.

Alors avant de se réjouir d’un beau voyage convivial et des aménagements écolo-ludiques d’EAK, posons nous les vraies questions :
Quelles sont les garanties financières de cette société ?
Avons nous un bassin de population suffisant pour nous permettre cet investissement (L’étude d’Atout-France commandée par le PNR du Morvan prouve le contraire).

Nous allons donc demander aux divers participants de rendre publics les comptes-rendus de ces différents voyages.
Gageons qu’ils tiendront parole et communiquerons largement ces documents de travail. Nous les publierons sur le blog.